NGA à la Perrine

« NGA expose à la Perrine »NGA

Groupe Artistique de Nysa (Pologne)

 

« D’habitude cela commence normalement comme ça, que tu ne sais même pas d’où cela vient et comment », chantait il y a longtemps une de nos chanteuses nationales. Et les relations entre les artistes français et polonais, justement : d’où viennent-elles ?

 Au début des années 1990, les jeunes du lycée Lavoisier à Mayenne commencent des échanges scolaires avec les jeunes du lycée Carolinum à Nysa. Ils contribuent de la sorte au développement d’autres échanges entre les deux villes. Et ceux qui seront les plus fertiles, ce seront les contacts entre les artistes.

 C’est la raison pour laquelle une exposition au musée de Nysa est proposée en 1995 aux artistes de AAA53.

Deux ans plus tard, nous organisons une nouvelle exposition au musée de Nysa, qui va nouer durablement de grands liens d’amitié entre les artistes français et polonais. Cette naissance est notamment rendue possible par la remarquable et inoubliable personnalité de notre grand ami Jean Chevalier.

Les artistes polonais sont de nouveau invités en Mayenne cette même année pour participer à une grande exposition : « Les rencontres européennes. » Ainsi, sept artistes polonais se déplacent à Laval où ils ont été chaleureusement accueillis par les artistes de AAA53.

 Après quelques années de calme, les échanges reprennent avec force et vigueur au début du XXIe siècle. Depuis, les artistes français et polonais exposent plusieurs fois les uns chez les autres. Aussi espérons-nous que les artistes de AAA53 exposeront à nouveau à Nysa en 2018. Les dates sont déjà réservées au musée !

Pour le groupe NGA,

La présidente,

Jolanta Tacakiewicz-Lipińska

Les photos

 

 

 

Stéphane Moizan - Robert Lerivrain

 

« Gravures et dessins » à la Maison RigoloteMoizan Lerivrain

 

 

Je pratique la gravure et plus particulièrement la lithographie depuis près de 40 ans.

Je dois avouer mon amour pour ces belles pierres lithos que je polis longtemps, pour en affiner le grain, mon affection aussi pour ma vieille presse à bras, fidèle machine, complice des « épousailles » entre l’encre et le papier.

L’atelier de gravure est un lieu unique, magique, où il se passe toujours quelque chose de passionnant et de nouveau.

Stéphane Moizan

 

 

 

Le dessin et la gravure sont d’inépuisables terrains d’expériences.

De la prise de notes, à l’esquisse puis au dessin préliminaire, très peu suffit à l’essentiel.

Robert Lerivrain

 

 

 Les photos