Notre histoire

La saga de AAA 53, de 1989 à nos jours.

 

Vendredi 13 janvier 1989 : la réunion fondatrice.

A l’instigation de Jean Chevalier, Yves Grudé, Bernard Le Minor et José-Luis Veiras Manteiga, un groupe d’artistes mayennais était réuni. Outre les quatre précités, il y avait Serge Berthereau, Jean Eric Fouchault, Alain Gervais, Yves le Guen, Robert Lerivrain et Michel Soutra. Alain Lacoste, Jean-Yves Lucas, Jean Dutan et Stéphane Moizan étaient absents ou excusés.

Il s’agissait de fédérer un groupe d’artistes pour promouvoir l’art d’aujourd’hui en Mayenne.

Définition de l’Art d’Aujourd’hui : « toute création plastique qui émerge ici et maintenant, avant récupération par les circuits commerciaux ou institutionnels, participe de l’art d’aujourd’hui. » (Cette définition vaut toujours actuellement).

Ce groupe se reconnaît dans cette définition.

 

Le 3 février 1989 :

Nous sommes candidats à un concours lancé par le Département : « Les Espoirs de la Mayenne ». ( 100 000 F de prix au vainqueur). Constitution du dossier, d’un catalogue, audition devant un jury, qualification pour un vote public, avec, au bout du compte, une deuxième place, sans dotation. Mais l’aventure fut belle et cimenta définitivement le groupe.

 

Pour exploiter ce début de notoriété départementale, il fallait que nous organisions rapidement notre première exposition. Château-Gontier fut choisi : la chapelle du Genêteil et l’Espace des Halles. Notre première aventure collective. Finalement, le groupe des artistes fondateurs de A.A.A.53 fut le suivant : Serge Berthereau, Jean Chevalier, Philippe Crupaux, Jean Dutan, Marie-Hélène Gire, Yves Grudé, Yves-André Le Guen, Bernard Le Minor, Jean-Yves Lucas, Stéphane Moizan, Michel Soutra, José-Luis Veiras Manteiga.

Bon succès populaire, beaucoup de questions au sein du microcosme départemental de la Culture, mais rien quant à une aide institutionnelle. Pour y remédier : l’idée fut de travailler avec les jumelages.

(Laval-Gandia, Château-Gontier-Murcie, Mayenne-Souabe). Et nous voilà partis dans toute l’Europe, à la rencontre de gens qui allaient peu à peu devenir des amis.

Dans le même temps : édition et diffusion du n°1 de « Ni vu, ni connu ». Les n° 2 et 3 paraîtront en 92 et 93.

1990 :

- Ni Vu Ni Connu n°1

- AAA53 à Gandia

1991 :

- Organisation de l’exposition des artistes de Gandia à la chapelle St Julien.

1992 :

- Ni Vu Ni Connu n°2

- L’Art Actuel en Liberté : au domaine de Rochefort, sur la Mayenne, à Andouillé. Un site magnifique !

 

Le domaine de Rochefort : L’aventure totale. Créer et aménager le lieu de février à mai. Il faisait froid, nous amenions le saucisson, le pinard, le camembert, et nous bossions. Et fin mai, la grande fête : une grosse belle expo de nous tous, un vernissage incroyable, plein de monde : nous étions lancés et notre compétence reconnue. Ensuite, tout s’est enchaîné très rapidement :

 

- Cycle A.A.A.53 à Murcie et sa région (Espagne)

- Cycle « 2+2 » (quatre artistes de Murcie) dans l’ouest. ( Dans le cadre du jumelage Château-Gontier – Murcie)

 

C’était notre idée : nous appuyer sur des structures existantes pour faciliter nos premiers contacts.

Là, c’est vraiment le début de notre toile artistique européenne. Des artistes d’aujourd’hui, comme nous, deviennent des amis. Mercedes Ninirola, Ignacio Garcia, Antonio Rosa, et Paco Almagro. La chaleur et la qualité des échanges artistiques vont se développer et aboutir, quatre ans après, aux « Rencontres Européennes de l’Art d’Aujourd’hui ».

 

A partir de 1993, tout s’accélère :

- Suite et fin de l’exposition itinérante des artistes de A.A.A.53 dans la région de Murcie, toujours magnifiquement organisée par nos amis Ignacio, Mercedes, Antonio et Paco : Lorca, Yecla et deux expositions à Murcie. Nous sommes allés au vernissage de la première, en Mars. Quel accueil, quelles fêtes !

- Première étape de notre échange culturel avec les artistes du BBK « Nord-Souabe et Augsburg », la Souabe étant une région allemande jumelée avec la Mayenne. Nous recevons dix-neuf peintres et sculpteurs, d’abord en juin au Domaine de Rochefort que nous avions aménagé l’année précédente, puis en novembre à la chapelle du Genêteil, à Château-Gontier.

 

Nous poursuivons les expositions de nos amis de Murcie dans l’Ouest : Avrillé, Allonnes, Châteaubriant.

Les artistes de A.A.A.53 présentent une exposition à thème ( Les petits formats) à la Chapelle du Lycée Ambroise Paré de Laval : « A.A.A.53 fait des petits »

Parution de « Ni Vu Ni Connu » n°3.

 

1994 ;

- Nous sommes invités en Souabe par le BBK pour deux expositions : Centre culturel de Gundremmingen puis Aicharch. Nous consolidons nos liens avec les artistes allemands.

 

- Nous sommes également invités à Nysa, ville du sud de la Pologne, dans le cadre d’un échange entre le Lycée Lavoisier de Mayenne et le Lycée de Nysa. Trois de nos artistes nous représentent. Ils reviennent enthousiasmés par l’accueil reçu.

- Nous retournons au Domaine de Rochefort pour une nouvelle exposition à thème : « Les dimanches érotiques de A.A.A.53 » présentée tout au long de l’été. On nous en parle encore !

 

1995 :

- Nous allons à Gandia, dans le cadre du jumelage Laval-Gandia et nous retournons à la Chapelle du Lycée Ambroise Paré pour l’exposition « Bernard & C° », en hommage à Bernard Le Minor disparu au début de l’été. Nous poursuivons également l’aménagement du local mis à notre disposition par la ville de Laval.

 

1996, 97, 98 :

C’est la grande époque des Rencontres Européennes de l’Art d’Aujourd’hui.

Nous avions été à l’origine de multiples échanges avec des artistes espagnols (de Galice et de Murcie ), allemands et polonais. La grande idée fut de regrouper les œuvres de tous ces artistes, avec les nôtres, bien-sûr. Il fallait aussi, et nous y tenions beaucoup, qu’à un moment, il y ait une rencontre physique entre tous ces artistes.

Et ça a marché ! A Laval : expositions inaugurales à la Chapelle du Lycée Ambroise Paré et dans la Galerie d’EDF GDF Services en Mayenne. (8 nov-13 déc 96). C’est le début du premier cycle d’expositions en Pays de Loire, avec la Pologne, la Galice et la Mayenne. Mars avril 97 : Salons de l’Hôtel de Ville d’Allonnes (Sarthe). Mai Juin 97 : Chapelle du Genêteil de Château-Gontier. Juillet 97 : Mairie et Salle des fêtes de JUBLAINS (53). Juillet août 97 : Marché couvert de Chateaubriant.

Puis, en octobre 1997, ce fut le point d’orgue des "Rencontres" :

Nous recevons à Laval 10 artistes polonais, 5 artistes de Murcie, 7artistes de Galice et deux artistes de la Souabe. Nous inaugurons quatre expositions : Chapelle du Lycée Ambroise Paré, EDF, Galerie Méduane et Archives départementales. La Ville de Laval et le Conseil Général nous aident à bien recevoir tous nos invités. Nos meilleurs souvenirs restent toutefois nos fêtes privées. Pour mettre le feu, y a pas mieux que les Espagnols ! Les Polonais ne sont pas en reste sur un mode plus romantique. Quel régal de voir tous ces artistes venus des quatre coins de l'Europe échanger dans on ne sait quelle langue. Nous étions payés au centuple de nos efforts considérables.

Puis vint le deuxième cycle d’expositions dans les mêmes lieux, avec la Souabe, Murcie et la Mayenne.

Dans le même temps, nous étions invités à exposer en Souabe, à Murcie et en Pologne. Nous nous sommes déplacés à chaque fois, et à chaque fois, l’accueil nous a bouleversés.

- Les allemands se sont réchauffés et ont montré une convivialité plus personnelle.

- Nos camarades de Murcie se sont surpassés : expositions extrèmement bien montées, bien annoncées, et les fêtes !

- La réception par nos amis polonais restera dans nos cœurs : vernissages très officiels dans un pays s’ouvrant à un nouveau régime politique, et soirées privées magnifiques dans les ateliers des artistes. Quelles belles fêtes ! Danuta traduisait quand c’était nécessaire. Pour le reste, nous nous en sortions, la vodka (avec modération) aidant un peu.

 

Ces « Rencontres » constituent, à ce jour le point culminant de l’activité de notre association. Nous avons eu du mal à nous en remettre.

Notre première réponse fut de dire : L’Europe, bon ! Et si on essayait la Mayenne ?

Pas si naïve, cette réflexion. Il nous semblait que nous passions un peu à côté de nos objectifs premiers : la promotion de l’Art d’Aujourd’hui en Mayenne.

 

Quels lieux propices et aménagés pour des expositions en Mayenne ? Quelles possibilités d’accueil pour ces expositions ? Une action militante nous attendait.

Enorme travail de préparation depuis l’automne 1997 : concevoir et réaliser le matériel de communication, avec le soutien financier de la ville de Laval et du Département. Aller à la rencontre des responsables culturels (et, plus, souvent) des « Pays » ou des villes de la Mayenne,

Gros travail aussi, toute programmation établie, pour l’installation et l’animation de neuf expositions en Mayenne.

 

2000- 2001- 2002 : « A.A.A.53 et la Mayenne : l’Union libre ! »

 

2000 : Espace SCOMAM à Laval, Espace st Clément à Craon.

2001 : La Maison du Pays de Loiron à Loiron, la Salle du Temple à Evron, la salle polyvalente de Bais et la

Chapelle des Calvairienne à Mayenne.

2002 : La Maison du Parc à Villaines-la-Juhel, l’Abbaye à La Roë

et le Château de Sainte Suzanne.

 

Au total, nous avons reçu 6 750 visiteurs et nous avons mené une animation scolaire auprès de 3 230 élèves, de la maternelle au lycée.

 

Parallèlement à cette « tournée » mayennaise, nous avons également réalisé un échange artistique avec Gandia :

Avril 2002 : nous accueillons huit artistes de Gandia à l’Espace SCOMAM de Laval, sous l’égide de la ville de Laval et du Comité de Jumelage Laval-Gandia.

Octobre 2002 : a Ville da Gandia accueille les 12 artistes mayennais de A.A.A.53.

 

Enfin, depuis 2000, dans nos salles d’expositions de la Maison rigolote, magnifiquement aménagées par la Ville de Laval, nous organisons des expositions au rythme de 4 par an. Le plus souvent, et c’est notre souhait, nous présentons des artistes qui n’ont pas encore eu la possibilité de présenter individuellement leurs œuvres dans de bonnes conditions. Petit à petit, nous nous constituons un public de fidèles, séduit par la qualité du lieu, des expositions et aussi par la chaleur de notre accueil.

 

Nous développons et fidélisons ce public en améliorant notre communication : importance du mailing, qualité accrue des affiches, diffusion départementales de celles-ci, création de nouveaux supports (marque-pages), meilleure insertion dans les sites internet municipaux et départementaux, éditions de catalogues pour certaines expositions.

 

Septembre 2004 : deuxième exposition collective à la SCOMAM. Le carton absolu : plus de cinq cents personnes au vernissage, record pulvérisé sur la place de Laval. Un flot de visiteurs ininterrompu et plein d’animations scolaires, de la maternelle au Lycée.

 

Echanges avec les artistes du BBK de la Souabe.

Juillet-août 2005 : nous les invitons, avec l’aide du Conseil Général de la Mayenne, dans le cadre austère mais grandiose du logis du Château de Sainte-Suzanne.

Avril 2006 : en retour, les artistes de AAA53 ont été reçus en grande pompe, comme seuls les allemands savent le faire, au Château de Höchstädt, en Souabe, à proximité de Augsbourg.

 

Le grand chantier de notre site et de l'Artothèque.

2007, 2008. Le site, pour la communication, devenait de plus en plus utile. Il nous a permis, parallèlement, de développer notre projet d'artothèque avec le concept de catalogue en ligne.

Les oeuvres sont mises à disposition par les artistes que nous pressentons. En particulier, nos amis Allemands du BBK et nos amis Polonais de Nysa.

Gros travail de mise en ligne, d'étiquetage et d'emballage, pour un lancement en mai 2008 avec un fonds d'environ 250 oeuvres.